J’ai lu ce week-end l’article que M, le magazine du Monde, a consacré à Woody Allen et son film Café Society. Dans ce portrait, il revient assez longuement sur son processus d’écriture et sa manière de travailler. Une vision très intéressante !

“Très tôt, il m’est apparu que je pourrais écrire et réussir. A condition de tenir. C’est-à-dire de terminer ce qu’on a commencé. Ne jamais jeter l’éponge. Quand je travaillais pour la télévision, à la fin des années 50, l’aspect très concret du travail d’écriture m’a frappé. […] Le scénariste talentueux était celui qui restait immobile sur sa chaise. Les autres écrivains, sensibles aux distractions, aussi doués soient-ils disparaissaient”.

Bien que Woody Allen, rejette l’idée de travail, lui préférant celle d’effort, je partage son point de vue sur le fait que l’écriture est avant tout une question de constance et de concentration, bien avant une question d’imagination. Certains parleront de souffrance. La plus grande difficulté que je ressens dans l’écriture est précisément celle de ne pas se disperser, d’aménager un temps d’écriture (ce n’est pas mon travail principal) et de ne pas fuir ce temps d’effort. Les distractions et tentations sont nombreuses. On a toujours plus urgent à faire. L’écriture doit devenir une priorité pour aboutir.

“Avoir une bonne idée de départ me semble plus simple que de la mener à son terme. Blue Jasmine m’était venu ainsi d’une réflexion à la cantonade de mon épouse.”

Un de mes amis est très tenté à l’idée d’écrire mais dès que nous en discutons, il balaie le projet en me rétorquant : “je n’ai aucune imagination”. C’est vrai qu’il faut être un minimum créatif pour écrire mais selon moi l’imagination n’émerge pas du néant. Elle découle en grande partie de notre environnement : d’un reportage à la télévision, d’un article, d’un roman, d’une phrase attrapée au vol dans la rue, d’une conversation avec des amis. Tout ça constitue une multitude de graines semées dans le jardin de l’imaginaire. Certaines poussent et d’autres non.

Il y a quelques mois, j’ai interviewé Simon Léturgie, auteur de BD, pour un dossier sur le Comic Strip. Je l’ai interrogé sur son processus créatif et ses astuces pour trouver des chutes pour ses strips. Il m’a donné cette mind map.

jokes fiche

Parmi toutes ces pistes créatives, j’aime beaucoup la technique du “what if ?”, elle permet de partir d’une situation banale pour glisser vers une histoire et construire une ligne narrative.

Légende photo : Woody Allen lors du tournage de Café Society avec Kristen Stewart et Jesse Eisenberg. Gravier Productions Inc. / Sabrina Lantos