L'atelier d'Élodie Loch-Béatrix

Miscellanées sur l'écriture et l'univers de l'édition

Comment savoir si son livre se vend ?

Les médecins et les auteurs partagent une même inquiétude, celle de l’électro-encéphalogramme plat. Pas très bon signe pour le patient, ça ne l’est guère plus pour la vie des personnages ! Mais comment savoir où en sont les ventes de son ouvrage ?

Amazon prend la température

Amazon fournit aux auteurs un outil de suivi appelé “plate-forme auteurs“. Cela permet de compléter les informations à propos de son/ses livres, de se créer un profil auteur public et de développer une conjonctivite à force de fixer la courbe du classement de son ouvrage. Car oui, le géant américain permet de suivre la progression de son livre quasiment en temps réel sous forme de graphique.

Comme ses petits camarades GAFA*, Amazon reste assez flou sur le fonctionnement de son algorithme de classement. On se doute bien que les ventes ont un impact mais ce n’est pas le seul critère, entre aussi en ligne de compte les commentaires ou la récurrence des actions liées au livre. Vous avez donc intérêt à inciter vos lecteurs à laisser régulièrement un commentaire sur le site pour monter dans le baromètre…

tumblr_inline_mklikr3xny1qz4rgp

Etre bien classé (top 100) permet aussi de rentrer dans un cercle vertueux car cela garantit d’être mis en avant sur Amazon et donc de vendre et donc de rester dans le haut du panier.

Votre meilleur informateur : votre éditeur

La vente en ligne n’éclipse heureusement pas encore les librairies et il est donc très intéressant de savoir comment se déroule la distribution et la vente de son livre. Votre éditeur pourra vous renseigner sur ce sujet.

La plupart des maisons d’édition travaillent avec un distributeur (souvent Hachette) qui se charge de la mise en place dans les librairies. Ce chiffre est une donnée importante. Ce n’est pas parce qu’un livre est tiré à 5000 exemplaires que ces 5000 exemplaires se retrouvent en rayon. La mise en place en librairie dépend de l’intérêt que suscite l’ouvrage auprès des libraires. Ce chiffre représente donc un premier indicateur sur les perspectives de vente : si 1500 exemplaires sur 5000 sont placés, ce n’est pas très bon signe.

tumblr_n7xd45jzvc1r8lxnoo2_500

Le taux de retour et le réassort sont deux autres données clés. Est-ce que les libraires renvoient votre livre au distributeur ou est-ce qu’ils en recommandent ? Les libraires ont un délai pendant lequel ils conservent un livre commandé, au terme de ce délai, ils peuvent le renvoyer au distributeur ou à l’éditeur. C’est ce qui arrivent quand un livre ne se vend pas bien. Le libraire s’en sépare pour pouvoir assurer un roulement de nouveautés sans exploser sa capacité de stockage. A l’inverse, si le livre se vend comme des petits pains, il demandera un réassort. Il faut compter environ trois mois après parution pour commencer à voir se dessiner une tendance entre taux de retour et réassort.

C’est aussi votre éditeur qui pourra vous donner les chiffres de vente. Les premiers mois constituent le nerf de la guerre car passé le cap des nouveautés, les livres quittent rapidement les rayons des librairies. Il faut dire qu’avec 700 000 titres disponibles au catalogue et 67 000 nouveautés par an (1), il est difficile de se faire une place sur les étagères françaises.

* GAFA : Surnom des quatre géants du web : Google, Amazon, Facebook et Apple.
  1. source : ministère de la culture, les chiffres clés du livre 2016
« »

© 2017 L'atelier d'Élodie Loch-Béatrix. Theme by Anders Norén.