L'atelier d'Élodie Loch-Béatrix

Miscellanées sur l'écriture et l'univers de l'édition

L’édition à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou l’autoédition ?

L’édition, c’est comme le mannequinat : ça fait rêver beaucoup de monde, il y a peu d’élus et pas mal d’arnaques. Comment se repérer dans la jungle des éditeurs ? Comprendre les contrats ? Quels sont les avantages et les inconvénients des différentes solutions d’édition ?

L’édition à compte d’éditeur

Qu’est-ce que c’est ?

L’édition à compte d’éditeur, c’est être publié par un éditeur qui assurera toutes les étapes de la confection et de la commercialisation du livre : la correction du manuscrit, la conception de la couverture, l’impression, la distribution et la promotion.

Comment est-on rémunéré ?

L’éditeur vous rémunère en droits d’auteur. Le montant des droits d’auteur varie d’une maison d’édition à l’autre et se situe entre 5 et 10% du prix de vente. Il faut savoir que sur un album jeunesse l’illustrateur et l’auteur se partagent les droits d’auteur, chacun touche donc entre 3 et 5%.

Certains éditeurs versent des “à valoir”, il s’agit d’une somme d’argent que l’auteur touche dès la première impression. Cette somme correspond à tout ou partie des droits d’auteur du premier tirage. Ainsi sur un livre à 10 euros tiré à 1 000 exemplaires avec des droits d’auteur à 10%, l’auteur touche 1000 euros d’à valoir. C’est un avantage important car si le tirage initial n’est pas vendu, l’auteur conserve ce paiement.

Quels sont les avantages ?

  1. Votre livre aura une visibilité minimale assurée : les maisons d’édition à compte d’éditeur travaillent pour la plupart avec un diffuseur et votre livre sera donc distribué en librairie. Vous aurez aussi plus de chance d’être sélectionné pour des prix ou de bénéficier de bourses comme celles des Centres régionaux des lettres.
  2. Votre livre aura un aspect professionnel : pas de fautes d’orthographe, une mise en page esthétique, une jolie couverture…
  3. Vous progresserez : un éditeur vous accompagnera pour améliorer votre manuscrit et vous aidera donc à repérer vos tics, vos constructions parfois maladroites, etc.
  4. La maison d’édition assurera la promotion de votre livre : sur ce point, il y a de grandes variations suivant les maisons d’édition et aussi suivant leur foi en votre ouvrage. Tous les titres d’une maison d’édition ne bénéficient pas du même investissement en termes de promotion. Il y a ce qu’on appelle les titres à enjeu sur lesquels elles mettent le paquet et les livres moins importants qui bénéficieront de moins d’engagement de la part des services marketing et communication.

Quels sont les inconvénients ?

  • Vous n’aurez pas toujours votre mot à dire : choix de la couverture ou du titre, noms des personnages, taille du manuscrit, tout ceci pourra vous être imposé. Même si le dialogue entre l’éditeur et l’auteur est courtois et bienveillant, il faudra vous plier aux exigences de la maison d’édition pour rentrer, par exemple, dans le moule d’une collection.
  • Si vous n’êtes pas nul en maths, vous aurez compris, dans la partie rémunération, que 90 à 95 % du prix de vente n’est pas pour vous !

  • Vos chances d’être accepté sont minces : les maisons d’édition à compte d’éditeur croulent sous les manuscrits, il va donc vous falloir être patient et peut-être essuyer un refus.

L’édition à compte d’auteur

Qu’est-ce que c’est ?

L’édition à compte d’auteur consiste à faire appel à une société afin d’être assisté dans la conception et la commercialisation de son livre. La société facture ses différents services sous forme de forfait ou à la carte suivant les options choisies. Certaines sociétés d’édition à compte d’auteur reversent aussi des droits d’auteur.

Comment est-on rémunéré ?

Les contrats des éditeurs à compte d’auteur varient beaucoup et les modes de rémunération avec. Normalement, vous êtes propriétaire de votre tirage et vous en gérer la vente, le prix de votre livre vous revient donc. Certaines maisons d’édition à compte d’auteur proposent de gérer les stocks et la commercialisation soit en vous le facturant soit en vous reversant des droits d’auteur (assez faibles).

Quels sont les avantages ?

  • La liberté de création : la maison d’édition à compte d’auteur ne vous imposera rien. Le texte que vous publierez sera tel que vous l’avez écrit. Vous n’aurez pas à entrer dans des impératifs de format de collection, de ligne éditoriale, etc.
  • Vous serez publiés : rares sont les maisons d’édition à compte d’auteur qui refusent des manuscrits.

Quels sont les inconvénients ?

  • Dans les pays anglo-saxons, on appelle ses maisons d’édition “vanity press“. Si l’expression est assez dure, elle est plutôt bien vue. Ces maisons d’édition ne refusent pas (ou peu) de manuscrits et publient tous les déçus qui se sont vus refuser leur livre par les maisons d’édition à compte d’éditeur. Elles souffrent donc d’une image négative qui colle aux livres qu’elles publient. Ça peut même devenir un handicap pour être publié par un éditeur à compte d’éditeur.
  • Elles ne réaliseront pas un travail d’édition sur votre roman : pour tout auteur, il est difficile d’avoir du recul sur son manuscrit et c’est là que le travail d’un éditeur est précieux ! Or, ici, personne ne vous aidera gratuitement à mettre le doigt sur des incohérences, les faiblesses de structure du récit ou à améliorer des tournures de phrase.
  • La facture peut vite grimper : si certains éditeurs à compte d’auteur s’affichent comme gratuit, ils sont en réalité loin de l’être. J’ai étudié en détail l’offre de l’un des leaders de ces éditeurs “gratuits”. On découvre rapidement qu’à part la mise en page rien n’est gratuit. Vous avez besoin de plus de trois vérifications de maquette ? 49 euros. Une couverture personnalisée ? 200 euros. Une correction orthographique ? 6 euros, la page. L’écriture du résumé de la 4ème de couverture ? 200 euros.
  • … pour des revenus limités : là encore il faut lire les petites lignes ! L’une de ses maisons d’édition annonce une distribution en librairie, à la Fnac, etc. sauf que pas du tout. Quand on se penche en détail sur leur offre, on découvre que l’impression de votre ouvrage se fait à la demande et que votre livre n’a donc aucune chance de se retrouver en rayon à moins qu’un libraire découvre son existence et décide de le commander. En d’autres termes, on vous fait croire qu’il y a un distributeur et un diffuseur qui vont présenter votre livre au libraire et assurer une présence en librairie alors que non ! Une diffusion réduite limite forcément les ventes et les revenus.
  • Une rémunération frôlant l’arnaque : après avoir payé tout un tas de services, vous vous attendez peut-être à toucher une grosse partie du prix de vente ? Et bien, non ! Toujours chez le même éditeur, on vous reverse généreusement 20% du prix de vente pour une vente en direct sur le site de l’éditeur et 10% hors du site. Vous ne gagnez quasiment rien de plus qu’un auteur en maison à compte d’éditeur alors que vous avez payé des services, que vous ne bénéficiez pas d’une distribution et que vous assurez vous-même le marketing et la communication ! Cerise sur le gâteau, si votre livre génère moins de 79 euros de droits d’auteur, on ne vous les verse pas.

L’autoédition

Qu’est-ce que c’est ?

L’autoédition est le fait de gérer de A à Z la publication de son livre de la conception jusqu’à la mise en rayon.

Comment est-on rémunéré ?

Vous n’êtes pas rémunéré en droits d’auteur. Vos revenus résultent de la vente de votre livre mais vous ne toucherez pas l’intégralité du prix de vente puisque le libraire prendra sa part et que sur les plateformes du type Amazon, vous payerez aussi un droit d’accès. À cela s’ajoutent les taxes et impôts.

Quels sont les avantages ?

  • Vous pouvez exploiter vos compétences ou votre réseau : si vous êtes doué pour la mise en page, le graphisme, le marketing, etc. vous pouvez assurer tous ces volets de votre projet.
  • Vous travaillez avec les prestataires qui vous plaisent : vous rêvez de collaborer avec un illustrateur ? Vous pensez que tel attaché de presse serait parfait pour la promotion de votre livre ? Votre projet est entièrement personnalisable et ne dépend que de votre portefeuille et de votre capacité à convaincre des gens de collaborer avec vous.
  • Votre part du gâteau sera peut-être plus élevée qu’avec une maison d’édition à compte d’éditeur : c’est à moitié vrai car cela dépend beaucoup des ventes réalisées.
  • C’est la solution idéale pour les publications à destination d’une cible réduite (membres d’une association, famille, publications de niche…) qui n’intéresseront pas un éditeur.

Quels sont les inconvénients ?

  • Pour autoéditer un livre grand public, il faut être un véritable couteau suisse ou avoir un bon compte en banque : en plus de compétences très variées, il vous faut maîtriser les usages de l’édition comme l’obtention du code ISBN, les dépôts légaux, gérer vos stocks, votre comptabilité, etc.  Si vous n’êtes pas un graphiste hors pair ou un pro du marketing, vous aurez peut-être besoin de payer des prestataires pour ces services.
  • Vous n’aurez pas de distributeur : ce sera à vous d’aller faire le tour des librairies pour convaincre que votre ouvrage est intéressant ! C’est donc une solution plus adaptée au livre numérique qu’au livre papier.
  • Les arnaques : comme vous ne connaissez pas forcément les tarifs des différentes prestations, certains n’hésitent pas à en profiter. Sans chercher longtemps, je suis tombée sur le site d’un imprimeur “spécialisé en autoédition” dont les tarifs sont plus de 5 fois supérieurs au prix observé chez un imprimeur standard : le coût à l’unité pour un tirage à 3000 exemplaires d’un roman en carré collé s’élevant à 31 euros !!! Et on vous livre en colissimo chez vous (je rêve de voir la tête du facteur :p).

Sur le même sujet, vous pouvez lire d’autres articles intéressants :

Sites utiles :

  • L’oie plate : l’observatoire indépendant de l’édition pour auteur exigeant – Ce site est une vraie mine d’or pour comprendre les contrats des maisons d’édition à compte d’auteur et trier le bon grain de l’ivraie.
  • La charte : association d’auteurs et illustrateurs jeunesse, a rédigé des brochures très intéressantes sur les contrats d’édition.
« »

© 2017 L'atelier d'Élodie Loch-Béatrix. Theme by Anders Norén.