L'atelier d'Élodie Loch-Béatrix

Miscellanées sur l'écriture et l'univers de l'édition

Le bon endroit pour écrire

On a souvent une image romantique (et un peu clichée) des auteurs : installés à la table d’un bistrot, un carnet rempli de notes crayonnées et raturées, le stylo plume aux lèvres et le regard perdu dans l’infini du ciel. Pourtant la réalité est souvent plus prosaïque et technologique : un bureau et un clavier !

Dans mon cas, je suis bien incapable de me concentrer avec des gens qui discutent autour et j’écris donc chez moi sur la table à manger. Je n’ai jamais réussi à travailler dans un bureau. Quand j’étais ado, je faisais toujours mes devoirs sur un coin de la table de la cuisine, ça n’a pas changé en grandissant ! J’écris directement sur mon ordinateur (retaper tout un manuscrit me semble être l’enfer). Côté accessoires, j’ai en général une tasse de thé et mon diabolique félin qui adore se rouler sur mon clavier.

IMG_0750

Le félin diabolique

Certains auteurs sont plus à l’aise pour écrire dans les lieux publics. J’ai eu l’occasion d’interviewer Nancy Holder, auteur américaine de livres inspirés de séries TV (Buffy, Sabrina l’apprentie sorcière, Smallville, …). Pour elle, le meilleur endroit pour écrire est Disneyland : “C’est sur ma route pour Los Angeles où je vais régulièrement pour le travail. Souvent quand je rentre, je m’arrête à Disneyland pour travailler. J’ai une place spéciale où je m’installe pour écrire et je sais exactement où est le spot de Wi-fi gratuit !”

photo-2

Nancy Holder

Amy Plum, auteur américaine installée à Paris, alterne entre extérieur et intérieur : “j’aime écrire dans mon lit. Mais si je passe trop de temps à la maison sans bouger, je deviens un peu folle. Du coup, j’alterne avec des séances d’écriture à la bibliothèque historique de la Ville de Paris. C’est à seulement sept minutes à pied de chez moi et il y a de grandes tables rondes en acajou avec des prises pour les ordinateurs portables.”

plumwvampirediaries1

Amy Plum (bien) accompagnée des acteurs de la série Vampire Diairies

Qu’en est-il des grands auteurs classiques ?

Victor Hugo, lui, aimait écrire debout et s’était fait construire un pupitre à cet effet.

Madame Bovary ou Salammbô sont deux romans nés dans le lit de Gustave Flaubert. Ces textes sont aussi passés à l’épreuve de ce que l’auteur appelait “le gueuloir” : “Je vois assez régulièrement se lever l’aurore (comme présentement), car je pousse ma besogne fort avant dans la nuit, les fenêtres ouvertes, en manches de chemise et gueulant, dans le silence du cabinet, comme un énergumène !” (Lettre à Madame Brenne, 8 juillet 1876.)

« »

© 2017 L'atelier d'Élodie Loch-Béatrix. Theme by Anders Norén.