L'atelier d'Élodie Loch-Béatrix

Miscellanées sur l'écriture et l'univers de l'édition

Erika ou Hanako ?

Comment choisir le nom de ses personnages ?

Toute personne qui se lance dans l’écriture est confrontée à cette importante question. En en discutant avec d’autres auteurs, je me suis aperçue que ces noms étaient rarement sélectionnés au hasard. Certains auteurs les choisissent pour le sens qu’ils ont ou parce que ces prénoms sont liés à leur propre histoire (prénom porté par un proche ou au contraire par une personne détestée).

Flaubert écrivait joliment à ce propos :

“Un nom propre est une chose extrêmement importante dans un roman, une chose capitale. On ne peut pas plus changer un personnage de nom que de peau.”

Lorsque j’ai commencé à écrire Hanako, fille du soleil levant, l’héroïne s’appelait Erika. C’est le tout premier nom que j’ai choisi pour ce roman. Il s’est imposé à moi comme une évidence puisque j’avais rencontré une Erika quand j’étais lycéenne. Elle était venue du Japon pour passer quelques mois en France et j’avais été frappée par la poésie de son prénom qui signifie “fleur de bruyère”. Cette anecdote m’est tout de suite revenue et ce prénom collait parfaitement à mon héroïne, apprentie en Ikebana. Je voulais aussi que mon héroïne ait un prénom mixte franco-japonais. Erika remplissait tous mes critères !

La réalité du monde de l’édition

Quelle déception quand mon éditrice m’a dit qu’Erika ne faisait pas assez japonais ! Sans compter que mon entourage a tout de suite abondé en son sens. C’est dur de rebaptiser son héroïne mais je savais au fond de moi que mon éditrice avait vu juste. Je me suis donc remise en quête du prénom idéal, toujours avec l’objectif d’un prénom mixte franco-japonais. Voici ma présélection :

  • Amaya : nuit de pluie
  • Asami : beauté du matin
  • Hisaé : longue vie
  • Hanaé
  • Hanako : enfant – fleur
  • Hanayo : Fleur du monde
  • Mariko : enfant de la vérité
  • Kimiko : enfant noble

J’ai fini par opter pour Hanako afin de garder le côté floral qui est cohérent avec un des thèmes du roman et aussi parce qu’on peut le raccourcir en Hana qui fait plus français. Ça m’a également permis d’ajouter une nuance d’écriture : les amis d’Hanako l’appellent très souvent Hana alors que les adultes la désignent par son prénom entier.

»

© 2017 L'atelier d'Élodie Loch-Béatrix. Theme by Anders Norén.